Le Renfort de Sézegnin, anecdote ou conte …

L’épisode réel ou imaginaire du renfort de Sézegnin a été à l’origine de l’enseigne d’un établissement public renommé pour son tournedos sur ardoise, et qui se trouve précisément dans le dit hameau.

Mais d’où vient cette expression ? La version la plus communément admise concernait un épisode de l’Escalade.

A l’époque de l’Escalade, Avusy était genevoise, au titre d’ancien territoire du prieuré de Saint Victor hors les Murs, ceci contrairement à sa voisine Soral, qui était savoyarde. Du reste, non seulement Soral, mais d’autres territoires savoyards encerclaient totalement la Champagne genevoise.
Pour gagner Genève, il fallait donc se hasarder en terres ennemies, ce qui n’allait pas sans difficultés.
C’est peut-être en raison des embûches rencontrées que trois hommes de Sézegnin se sont présentés à la porte Neuve pour défendre la ville au lendemain de la fameuse nuit « assé naire que d’encro ». Voyant l’ampleur du détachement, les gardes de la porte de Neuve auraient ordonné à ces retardataires peut-être bourrés de bonnes intentions, à moins qu’ils n’aient fait exprès d’arriver après la bagarre, de pénétrer dans la cité  » deux par deux et le reste en masse ».

tiré de l’ouvrage d’Alain Boujon : « Communes Genevoises à tous les vents »

Mais peut-être vous préférez la version BD ?